Imprégné en philosophie et langage, Höglund produit des oeuvres sur papier, des vidéos, des performances, des installations et des photographies, le tout fondé sur ce qu’il considère comme la forme expressive la plus fondamentale : le dessin.

“Le dessin consiste à faire des marques, et ces marques [. . .] doivent être sensibles et réactives. Les marques doivent être non médiatisées autant que possible, être faites avec le moins d’obstacles entre l’esprit, la main, l’outil, la surface.”

Richard Höglund

Pour Höglund, le dessin est aussi proche que possible de nos pensées avant qu’elles ne soient inévitablement altérées par le langage. Il explore cette (mauvaise) traduction omniprésente dans des œuvres comme “Il y a un danger d’un résultat qu’aucun de nous ne désire” (2010-11), une vidéo dans laquelle il superpose plusieurs voix à sa lecture d’un poème traduit deux fois, illustrant le «danger» toujours présent d’un malentendu lorsque les pensées deviennent des mots.

Elements biograhiques
Américain, né à New York en 1982 et aujourd’hui basé en France.
Richard Höglund a étudié l’art à l’école du Musée des Beaux-Arts et la sémiologie au MIT à Boston, aux États-Unis. Il est titulaire d’un MFA (DNSEP, 2008) obtenu à la Haute école des Arts du Rhin, à Strasbourg, en France. En 2013, Höglund a été sélectionné par Tacita Dean pour participer à son atelier à la Fundación Botín à Santander. Ses peintures sont des considérations sur l’histoire et le langage.
Son travail a récemment été acquis par le Dallas Museum of Art.

VINE PICTURE IV
VINE PICTURE II
VINE PICTURE XVIII
VINE PICTURE XVII
VINE PICTURE VIII
VÉNUS PIQUÉE PAR UN BUISSON DE ROSES IV
RROSE III
Nuts IV
VINE PICTURE VII
Sea Picture CLXIV
Twelve joyful hours
Twelve joyful hours